Thursday, 7 August 2014

Une Bière de Route? Teaser saison 2.

Fidèle à la tradition, une petite description de mes environs.

Je vous écris de la cour de mes parents, un beau petit appartement à NDG sur une rue tranquille, à proximité de bars et restos. Je suis à l’ombre sous une espèce de dôme de vignes, à flatter du pied le chien couché sous la table. L’air est frais et la construction pas trop loin d’ici brise le silence et les chants d’oiseaux (et ma concentration déjà pas très solide).

Bonjour, bonsoir chers ami(e)s. Je sais, je sais, ça fait longtemps que j’ai écrit. La raison est simple : ça s’appelle Bière de Route, et depuis mon retour l’an passé je suis plutôt sédentaire. Aussi, la plume semblait lourde quand je commençais. Des histoires tristes, un peu de chiâlage… c’est déprimant quoi! Ce n’est pas la raison pour laquelle j’ai commencé à écrire il y a presque 2 ans de cela!

J’ai décidé d’attendre, de patienter, et de m’y relancer seulement quand j’étais fin prêt, quitte à perdre quelques lecteurs dédiés, faute de manque d’activité.

Mais voilà la date décisive qui s'approche, le premier pas sur une nouvelle route sur laquelle je me lance sans trop de carte, un peu comme la dernière fois. Cette fois-ci par contre j’ai quelques objectifs en vue. On s’en reparle.

Un peu de détails : depuis que je suis revenu au mois d’avril passé, je suis resté plutôt sage. J’avais un plan en tête : payer mes dettes (billets d’avions sur carte de crédit) au plus crousse, travailler comme un obsédé, ne pas dépenser un rond, et repartir avant l’hiver. Je m’étais donné 6 mois, pour respecter une promesse faite à Mr. Ken, mon frère Laotien.

Aujourd’hui j’y pense et j’en ris… pas très réaliste comme délais!

Mais bon. 16 mois après mon retour, je suis enfin prêt à repartir. À tout le monde qui ont des amis nomades et qui leur disent ‘T’es chanceux, tu peux partir quand tu veux, t’es libre!’… eh bien, ce n’est pas de la chance, c’est de la volonté! Je suis resté chez mes parents 6 des 16 mois au Québec (à 30 ans, veut/veut-pas, ça affecte l’ego). J’ai loué des petites chambres. J’ai travaillé 3 jobs dans le genre que je n’avais jamais fait avant. J’ai dormi seul dans 7 pièces différentes. J’ai vendu des trucs, me suis empêché d’en acheter d’autres. Je suis resté un peu plus sage que d’habitude, je suis devenu un peu plus grognon que dans le passé. Je crois que je me suis un peu éloigné de mes amis dans le processus... mais c’est finalement fait : mon budget est atteint, mes minimes préparations complètes. Je repars.

J’ai entendu quelques fois, plus de fois que la première, des questions du genre pourquoi est-ce que je repars, pourquoi je retourne au même endroit, qu’est-ce que je n’aime pas ici, as-tu commencé à penser à ton futur? KOSSÉ TU VEUX FAIRE DANS VIE!

Et bien, oui, bien sûr que j’y pense. J’en dors pas la nuit tellement que j’y pense.

En même temps la fois que j’ai été le plus heureux de ma vie était durant ce 6 mois d’exile passé, jusqu’à ce que je suis revenu, trop tôt à mon goût, à cause de légers problèmes de santé. Je ne sais pas si c’est mon ego, mais je me dois d’y retourner, et de me dépasser!

Je dois vous avouer que je suis un peu beaucoup jaloux de ce cher Bruno Blanchet, avec ses livres, son émission, son resto de poutine à Bangkok (il vous dirait qu’il n’est pas à lui, mais tout de même!).

Pour me motiver à garder en vue mon objectif de budget j’ai pris la date du mariage de ce cher couple d’anglais d’angleterre (comme on dit au Québec) que j’ai rencontré à Chiang Mai, en Thaïlande, avec qui j’ai voyagé 3 mois et avec qui j’ai si bien connecté. Je me disais, si je suis bien ici, j’irai les voir 2 semaines chez eux et je reviens. Si j’ai pas envie de rester chez moi, je m’achète un billet allé simple pour Londres et on verra après. Car ça ne sert à rien de rester obsédé envers un seul objectif, selon moi. La vie change, le monde change, on change. Vaut mieux s’adapter que s’entêter.

Ensuite j’ai exploré d’autres options. J’ai obtenu un visa de travaille pour la Nouvelle-Zélande. J’ai pensé déménager ailleurs au Canada. J’ai pensé investir dans un petit resto. Tout plein de trucs, mais en fin de compte avec mon humeur chancelante je me suis dit que d’aller terminer mon voyage débuté il y a 2 ans était la meilleure solution.

Voici donc la conclusion : j’ai un billet allé simple pour Leeds, dans le nord de l’empire britannique, où résident Jen & Ben. J’y resterai 3 semaines. Ensuite, 1 billet allé simple de Londres vers Beijing, où je ferai le plein de gadgets compatibles avec la force de courant d’Asie (les caméras sont moins chères aussi). De là je me dirige pour le Vietnam au sud, où j’ai l’intention d’acheter une moto qui m’amènera jusqu’en Malaisie, tout en vous écrivant. Car même si ce n’est pas grand-chose, le petit blog Bière de Route, débuté maladroitement sur un banc de parc sur la rue Mont-Royal est ce qui m’a donné le plus de satisfaction jusqu’à maintenant. Je ne peux pas partager les beaux messages qu’on m’écrivait, m’encourageant et me remerciant, mais ça donne le goût de continuer, de se dépasser.

C’est le plan de base, ouvert aux changements. J’ai très hâte. Mais avant tout ça, il y aura un beau BBQ au Parc Lafontaine, samedi le 16 Août, alors ne vous gênez pas de venir vous faire griller quelques chiens chauds et couler quelques bières!
À bientôt! 

PS Si quelqu'un veut bien corriger mes fautes, c'est très apprécié!

No comments:

Post a Comment