Sunday, 26 October 2014

Pingyao la petite

23/09/14

Endormit, je regarde la ville obscure qui s'etale devant moi. Sur la carte du site internet de mon auberge, la vieille partie de la ville de Pingyao, derriere sa douve et son vieux mur fortifie, devraient etre tout proche de la station de train. Mais encore, faire semblant que quelque chose est plus proche qu'il ne l'est vraiment semble une technique classique pour attirer des clients.

Pas grave si ils se perdent.

A la sortie de la station de train, un type a l'air indien se tient debout les deux yeux dans graisse de bine. Je lui demande quel est son plan et il me repond "I am absolutely useless mate", alors je le laisse derriere et prend deux secondes pour reflechir.

Un chinois d'environs 60 ans me tire de ma reverie en me hurlant des "Hello! Taxi!" a deux pouces du visage.

Je decide de prendre un taxi au lieu d'aller me perdre dans le noir avec mon gros sac-maison. Je regarde le bonhomme et dit "Yamen Hostel?" et il repond rapidement "Yes yes taxi!" et est deja en train de marcher. Ils aiment bien offrir un service et discuter du prix a la fin en Asie mais 100% du temps tu te fais fourrer sans meme un souper ou une sortie au cinema.

Je lui dit d'attendre et leve la main, ecarte les doigts. "¥5?". Son visage se transforme, comme s'il venait de mordre dans un citron, et crie No! Suivit de ce qui doit etre du chinois pour "T'es fou mec!" et il croise les deux index pour faire un X, en repetant Ten! Ten! Sur le coup je croyais que c'etait un vestige de vieille tradition a marchander avec les romains (le pti hamster d'imagination part facilement) mais j'apprendrai bien vite que chaque chiffre a son propre signe de la main ici.

(Pour les chiffres: tout d'abord c'est le dos de la main qu'on presente.  On commence par l'index pour 1, ensuite index et majeur pour 2, ainsi de suite jusqu'a 5. On garde le petit doigt et le pouce pour 6. 7, c'est comme le signe pour l'argent, on touche le pouce, l'index et le majeur ensemble. Pour 8 on fait un fusil avec le pouce et l'index et on pointe vers le bas en montrant le dos de la main. Pour 9 on remonte le bras et on fait comme une bouche de petit monstre (ou un C, celon votre niveau de maturite) avec le pouce, index et majeur. 10, on fait un X avec les index en les tappant ensemble, horizontalement. Et juste pour le plaisir, le 7 et 9 semblent s'inverser quand on change de region!)

Alors, j'embarque dans son taxi, une byciclette qui tire un cart, et je me laisse porter. Le bonhomme porte un veston trop grand pour lui et les epaulettes lui donnent un drole d'air.

La chaine de son velo marche a l'envers.

15 minutes plus tard, apres avoir passe des centres d'achats sombres, magasins, arrets d'autobus, travailleuses de la ville en veston orange fluo en train de ramasser les nombreux dechets avec une geante pince fait d'une grosse tige de bambou coupee sur le long et atachee avec un gros elastique. Apres avoir passe les douves, le gros mur de brique et silloner les petites rues entourees d'anciennes maisons de pierre avec toits classiques en tuiles noires au coins pointus, on arrive a destination.

Il l'a merite son ¥10, le monsieur!

La petite maison ancestrale qui habrite l'auberge est remplie de noir, c'est ferme. Je m'apprette a siester sur un petit banc de bois mais le chauffeur cogne a la porte sauvagement en criant.

Bien vite, un chinois a la tete blanche vient nous ouvrir la porte, tout souriant. Il m'indique de deposer mes sacs, s'empare d'une queue de billard et tout fredonnant se dirige vers le petit bureau d'accueil. Avec la queue de billard il pointe un petit morceau de carton accroche au mur.

"Business hours: 6am to 11pm".
Ensuite, tout en fredonnant, il pointe l'horloge a cote. Il est 5:30 am.
Je hoche la tete et simule dormir sur un des nombreux petits divans de la place.
Il hoche la tete a son tour, satisfait. En fredonnant toujours il retourne se coucher, me disant bonne nuit avec un petit pet.

Je m'ecrase sur le premier matelas mou en une semaine et m'endors pour 3 heures.

Quand je me reveille, je depose mon sac dans le dortoire et debute ma journee avec une petite marche dans cette ville sortie tout droit d'un film d'epoque. Les rues a peine larges pour deux voitures sont posees entre de petits hotels et magasins, eux-memes dans de petites maisons de pierres grises, renovees. Les deux axes principaux de la ville, la rue nord-sud et celle sud-ouest, sont interdites aux voitures dans le centre de la ville.

Les touristes chinois abondent, armes de geantes cameras, capturant des portraits d'artisants s'affairant a transformer des os de Yak en peignes ou engages dans l'installation de leur trepied pour prendre la meilleure photo de la tour de garde ancienne.

Il est possible, pour un prix trop eleve, d'aller faire le tour de la ville en marchant sur les ancients remparts et j'y passe une bonne heure.

Quelques metres plus haut que les toits pointus de la ville, on obtient une belle pespective. Claustrophobique!

Les longues rues semblent mener a de petites ruelles sinueuses, elles-memes donnant sur de petites cours d'ou facent quelques maisons. J'imagine qu'une famille partage les petits appartements qui entourent la cour qui habrite parfois un jardin, parfois une corde a linge, un debarras, des jouets d'enfants.

Partout, ses grosses lanternes rouges qui harborent des signes chinois noirs, si charmantes la nuit.

Pour diner je trouve un petit guesthouse ou on parle anglais. Un homme dans la soixantaine est penche sur son laptop. Un voyageur lui dit ses adieux en espagnol et l'homme lui repond fluidement. Un autre voyageur a l'accent americain lui lance un bonjour et il lui repond du meme accent. La receptioniste lui demande une question en chinois et il lui repond dans sa langue assez rapidement.

Je m'en peut plus. "Hello sir! How many languages can you speak?" "Only six. English, spanish, cantonese, german, russian and french". "Ah, I speak french too". Sur ce il me debute une discussion en francais impeccable. Je commence a lui repondre en francais et son visage s'illumine. "Ah, mais vous etes quebecois!" Sur ce, son accent change a MI-PHRASE tandis que sa voix se deplace et devient nasale. Je m'esclafe pendant qu'il me sort expression quebecoise apres l'autre.

Finalement, il est d'origine britanique mais a apprit le francais a l'ecole. Il a passe son adolescence dans le coin du Mont Tremblant et ensuite vecu 3 ans au mexique. Il est en Chine pour apprendre la langue "just because"...

Impressionnant, le bonzomme.














1 comment: