Friday, 28 June 2013

La peur

La peur.

Peur de mourir jeune.
Peur de mourir vieux.
Peur de mourir seul.
Peur de mourir pauvre.
Peur de vivre pauvre.
Peur de vivre seul.
Peur d'être jugé.
Peur de pas vivre pour de vrai.
Peur du futur.
Peur du passé.
Peur du présent.
Peur de perdre ses amis.
Peur de perdre ses rêves de vue.
Peur de la routine.
Peur du changement.
Peur des autres.
Peur des différences.

Avant, c'était les religions qui faisaient peur, pour nous garder en place. Je crois honnêtement que les créateurs de ses mythes et de ses fables avaient les meilleures intentions en tête... Après tout, il fallait bien controller la population et leur donner une raison d'être bonne.

Malheureusement, ce n'est pas tout le monde qui est bon dans le seul but d'être bon.

Alors pourquoi ne pas donner une raison à ces égoïstes, ces obsessifs, une raison d'être bon?

Une promesse. Un paradis. Allez, donnez au prochain car une fois votre vie terminée, ça vaudra la peine.
Mais si vous ne le faites pas, vous souffrerez pour l'éternité.

Tabarnak! C'est lourd.

Ensuite, les médias. En plus des sermonts d'église, les journaux, la radio, la télévision.

Faire peur à la population pour qu'elle reste bien ancrée.

Va travailler et surtout revient vite vite chez toi t'enfermer à clef, car ce monde est si dangereux.

Mais quand il pleut, tu devrais aller te gâter au centre d'achats. Tu le mérites, avec ta conduite exemplaire! Et puis, les voyoux, ça sort pas quand y mouille.

La peur de l'inconnu. La plus facile. Tout le monde en souffre. On a peur du noir, on a peur des étrangers, des autres cultures. C'est naturel on dirait.

N'apprenez pas une deuxième langue, surtout. Sinon vous allez vous promener dans le monde et découvrir d'autre cultures et ce qu'on vous a montré à la télévision, dans les films et les livres d'écoles ce serait que de l'argent gaspillé  car vous réaliseriez qu'on vous a menti.

Je ne crois pas que ce gouvernement a notre meilleur destin en vue. Je ne crois pas la droite, je ne crois pas la gauche. Tout le monde a un agenda.

Par exemple, le miens: donner une petite poussée dans le dos à tout ce monde que je connais qui a l'air si misérable à l'école, au travail, sur leur sofa. Ce blog a commencé pour me pousser moi-même dans le dos et si une seule personne a finalement eu le courage de faire ce qu'elle a toujours eu envie de faire, alors je crois que c'est réussit.

L'argent, ce boulet.

C'est le meilleur outil. Esclavage du dernier siècle.
"Crisse que t'es chanceux de pouvoir décalisser quand tu veux!", je l'ai entendu souvent dans la dernière année.

J'aimerais spécifier que je ne me pense pas supérieur ou plus intelligent à cause de ma façon de penser. Si avoir une famille est ce qui te rendrait le plus heureux alors bien sur, vas-y à la vitesse maximale. Le but dans la vie, c'est d'être heureux.

On pourrait aussi dire que j'ai simplement peur d'avoir des responsabilités. Moi je pense plus que ça découle de la simplicité volontaire.

Je ne suis pas "chanceux". Cette vie est une accumulation de choix, d'obstination, et de se boucher les oreilles par entêtement.

J'ai jamais vraiment eu envi d'avoir de carrière. Je me tanne souvent de ma job très rapidement. Aucun engagement égal je peux démissionner quand je veux. Par contre, cette sécurité d'un gagne-pain régulier s'évapore du même coup.

J'ai jamais cru en l'âme soeur. De toute manière, je vire trop facilement jaloux et possessif quand je tombe en amour. Cet automne ca va faire 4 ans que je vais être célibataire et ca ne me dérange pas du tout. Oui, des fois je me sens seul, mais mon sentiment d'indépendance l'emporte.

J'ai pas d'auto, pas de maison. "C'est un bon investissement" qu'on me dit, mais ce semble être la cause #1 qui retient les gens à leur point d'origine. "Es-tu malade, j'ai bin trop d'affaires à payer! J'ai des paiements moi crisse" qu'on me lance, comme si ils essayaient de se prouver ou de m'impressionner.

Depuis quelques années que je pense mettre sur papier mes pensées de tout les jours, ma façon de penser face au monde, à mes principes.

Je n'ai pas de religion. J'en ai pas besoin. J'ai un bon coeur et je le sais, j'ai pas besoin qu'on me dise comment faire pour être bon. Mais après mon petit voyage en asie, le boudhisme a clairement fait son influence sur moi.

Tempter d'aimer personne en particulier, mais tout le monde en même temps.

Tempter de trouver un objet, y mettre un effort pour l'obtenir, et ensuite le donner.

Se débarasser du besoin matériel, du sentiment d'appartenance.

Je suis pas pauvre, ni riche. Je ne suis pas québécois, ni canadien. je ne suis pas de gauche, de droite.

On est que la personne qu'on veut être.

je sais pas où ça va m'apporter. Ça risque d'être dur, je vais peut-être perdre des amis en chemin, du respect, du comfort et de la sécurité.

Mais en ce moment, cette cage dorée qu'on nous a batît, cette frontière pour garder les autres en dehors, j'ai plus l'impression qu'elle me garde en dedans.

Un jour je vais sauter sur un train, disparaitre au bout du chemin.


2 comments: